Photo HR Today – février 2017

Remettre l’Humain au centrE

En effet, depuis l’avènement de la marque employeur et de ce qui en découle, le directeur RH doit prendre en main l’aménagement des bureaux, la valorisation des actions entreprises au sein de l’entreprise ainsi que le chiffrage des actions RH menées.

On nous rabâche les oreilles avec la montée des nouvelles générations, avec la transformation digitale et avec l’organisation en mode « projet », thèmes très à la mode pour 2017, comme en 2016 et les quelques années qui ont précédé.

Le résumé de tous ces termes est simple et se résume à un motto que nous ne connaissons que trop bien dans notre métier : « remettre l’Humain au centre ».

Cette devise, bien que très connue, est malheureusement trop peu appliquée. Qui d’entre vous n’a jamais été tiraillé entre les besoins réels des collaborateurs, les directives internes, le contexte légal, les contraintes techniques pour arriver finalement à un consensus qui satisfait personne, et surtout pas le collaborateur. En bon RH, nous essayons ensuite de faire rentrer ce dernier au forceps dans le processus dessiné sous contraintes, avec des résultats approximatifs au niveau de la motivation et donc, de la performance.

Aujourd’hui, enfin, nous commençons à réfléchir de manière innovante dans notre métier et construisons nos processus en fonction du collaborateur, pour lui faciliter la vie au maximum et le laisser se concentrer sur son métier.

Cette facilitation, nous la connaissons aujourd’hui sous la dénomination « expérience collaborateur » ou « expérience candidat » pour nos futures recrues.

Nos amis du marketing, à qui nous avons emprunté ce terme, l’ont compris depuis plus longtemps que nous. Pour que le client achète le produit, il faut que tout le processus lié à cet achat soit simplifié au maximum pour qu’il ne soit pas tenté d’aller voir chez le concurrent si l’herbe n’y est pas plus verte. C’est ainsi que, pour réserver un hôtel, une place de cinéma, un billet de spectacle, tout est fait pour que votre besoin soit déjà connu avant même que vous y ayez pensé et que, lorsque vous arrivez sur un site internet, ce que vous vouliez arrive en première page comme par magie, et qu’en trois clics, votre réservation est déjà effective et vous pouvez retourner l’esprit libre à la lecture de votre HR Today.

De la même manière, en tant que membre de la fonction RH, nous devons tout mettre en œuvre pour simplifier l’existence de nos employés, ou futurs employés. Et le champ des possibles est large.

Si nous faisions la somme de la productivité perdue par un collaborateur durant ses années actives, et qui passe une demi-heure par ici à remplir une demande d’allocations familiales, le quart d’heure pour trouver la bonne salle de séance, les 5 minutes à remplir les différents mots de passe dans ses différentes applications, etc, etc… je suis sûr que nous nous apercevrions l’impérativité absolue de lui simplifier ces procédures pour qu’il puisse à nouveau faire ce pour quoi il avait été engagé.

Ainsi, les différentes possibilités se bousculent sur le marché, et nous nous retrouvons à repenser nos processus administratifs pour éviter les pertes de temps inutiles. Nous nous retrouvons à repenser aux modes de hiérarchies pour rendre l’entreprise plus agile et favoriser les initiatives individuelles et la responsabilisation des collaborateurs. Nous nous retrouvons à repenser les espaces de travail et les modes de travail pour que le collaborateur puisse se sentir à l’aise dans son environnement et qu’il puisse travailler en mode projet avec ses pairs, sans devoirs prendre son cahier sous le bras et voyager dans les différents étages de la société à la recherche de son collègue du jour.

Pour arriver à concilier ces nouvelles compétences, le métier ressources humaines doit simplement revenir à deux fondamentaux :

1.    Le sien, soit l’Humain

2.    Celui de la société, soit le business

Ce n’est qu’en réussissant à s’intéresser à l’entreprise que nous saurons ce qui est nécessaire pour elle et donc pour les collaborateurs. Il faut donc sortir de nos bureaux, s’intéresser aux problématiques de tout un chacun que nous saurons quelles seront nos priorités d’amélioration.

Dans un premier temps, pourquoi ne pas s’inspirer du « Design Thinking », pour aller chercher les besoins, et définir un prototype à faire tester à une partie de l’entreprise ? Pourquoi ne pas changer les habitudes et faire travailler des personnes qui n’ont pas l’habitude de se côtoyer, sur une problématique précise ? Pourquoi, finalement, ne pas laisser la responsabilité de la gestion d’une équipe à l’équipe elle-même ?

Toutes ces pistes, dont vous lirez quelques témoignages dans ce dossier, ne demandent qu’une seule compétence : l’audace.

Ainsi, Chers collègues, osez ! Lorsque l’on veut enchanter le travail des collaborateurs, une seule piste possible : l’exemplarité !

Pratiquez l’innovation, encouragez-la. 

Osez, plantez-vous, recommencez, testez, amusez-vous et rendez visibles vos actions et vos échecs. Il n’y a qu’en valorisant ces derniers que vous changerez les esprits et que les plus courageux prendront conscience qu’ils peuvent essayer à leur tour. En le faisant, ils développeront ainsi le cercle vertueux de l’innovation au sein de votre entreprise.

Pour conclure donc, nulle peur à avoir de prendre ces nouveaux rôles, nul besoin de les déléguer à l’externe ou d’engager un budget colossal pour vous faire accompagner par une agence de communication qui vendra beaucoup de forme et peu de fond. Faites-vous confiance, poussez votre stratégie RH et prouvez son orientation avec des indicateurs pertinents pour votre Direction. Ensuite seulement, prenez contact avec cette agence de communication qui vous tient tant à cœur pour vous aider à mettre en valeur le travail accompli.

Le bien-être des collaborateurs, ce n’est pas offrir un massage assis, dix minutes de méditation et de les presser comme des citrons le reste du temps.

Le bien-être, c’est de les laisser s’exprimer, de vous mettre à leur service et d’être assez intelligent pour savoir se retirer lorsque l’équipe a pris en mains son organisation, ses objectifs et son destin.

Un bon RH, c’est comme un arbitre de football. Les meilleurs sont ceux qui savent gérer un match tout en s’effaçant pour que le spectacle reste celui donné par les 22 autres acteurs sur le terrain. 

Article publié dans le magazine HRToday de février 2017

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s